Équateur – Étape 2: Cotopaxi

Le volcan Cotopaxi, qui culmine à 5897m d’altitude, est le plus haut volcan actif d’équateur. Mais ce que vous ne lirez pas sur Wikipedia, c’est qu’avec son cône parfait et son sommet enneigé, il me rappelle le mont Fuji. Il était donc impossible pour moi de passer à côté ! D’autant que seulement deux heures de routes (pour faire 40km…le réseau routier équatorien a ses charmes) ont été nécessaires pour me porter dans la bucolique auberge où j’ai élu domicile pour trois jours et deux nuits. L’endroit est magique. Perdu au bout d’un chemin cahoteux, le secret garden porte bien son nom. Petites maisons jaunes, mini jardin japonais, et vue splendide sur le Cotopaxi. Enfin sur la brochure, parce mon petit mont Fuji n’est visible nulle part. Il serait caché derrière les nuages selon Alejandro, le maître des lieux, qui s’empresse de me servir à déjeuner pour faire diversion. L’occasion de goûter les fameuses galettes de banane plantain. En début d’après midi, Lisa, une volontaire allemande très sympathique qui bourlingue en Amérique du Sud depuis un bout de temps, me guide, sous la pluie, vers deux petites cascades proches de l’auberge. Le temps de laisser les nuages se dissiper et me laisser entrevoir un petit morceaux du Cotopaxi. Me voilà soulagé. Il n’y a pas foule à l’auberge, la semaine de vacances scolaire des équatoriens se terminant ce jour. Mais Janeth et Marcella, une mère et sa fille venue passer quelques jours au frais, ne repartent que le lendemain à Cuenca, leur chez eux. Une double aubaine pour moi: leçon gratuite d’espagnol et ribambelle de « tips » éclairés sur les choses à faire et à voir dans ce beau petit pays. Excellente soirée en leur compagnie.

A la pêche aux moules
La meilleure moitié du Cotopaxi
Marcelle et Jeanette

Le lendemain (Lundi), surprise au réveil : le Cotopaxi est bien là, en entier et sous le soleil. Petite séance photo, pas tant pour justifier le kilo de l’appareil dans mon sac à dos que pour capturer ce superbe paysage. Au programme aujourd’hui : l’ascension du Volcan Pasochoa, niché derrière l’auberge à 4200m d’altitude. La montée se fait sans encombres, en traversant une petite forêts aux arbres chargés de lichen, puis à découvert sur les flancs du volcan. La vue au sommet est superbe, même si, en face, le Cotopaxi reste caché dans ses nuages. On devine l’énorme métropole de Quito plein nord. Des curiquingues (ou phalcoboenus carunculatus pour les plus instruits) tournent majestueusement autour de nous dans l’espoir de quelques miettes de sandwich. Et au loin, l’orage gronde. Nous restons un moment à observer le ciel qui change et transforme le paysage. Peut être un peu trop longtemps. Un orage nous tombe littéralement dessus, alternant pluie battante et grêle fouettante. Le sentier devient en l’espace de quelques minutes un torrent, et la descente se fait au mental, dans cet apocalypse tout relatif. A l’auberge nous attendent douches chaudes et déjeuner copieux pour nous remettre de nos émotions. Cerise sur le gâteau, le lieu dispose d’un jacuzzi, installé dans une charmante petite serre. Moins de deux heures avoir pris le déluge sur la tête, je regarde tomber la pluie immergé dans une eau à 40 degré. La journée s’achève ainsi dans une confortable langueur. Dîner léger avec l’équipe du lieu (je suis le seul client de l’établissement !), puis écroulement en règle, avant 20h30, afin d’en garder un peu sous la semelle pour la journée du lendemain.

Le Cotopaxi, en entier
Jolis, ces brocolis
Au sommet du Pasochoa
L’orage arrive…

Mardi matin, je me presse à la fenêtre pour admirer le cotopaxi, qui sort gentiment d’une fine brume pour exhiber ses vapeurs de souffre. J’ai envie de voir ça de plus prêt. Et les trois volontaires de l’auberge aussi : devant l’absence de « guests », le patron Alejandro leur a donné quartier libre. Je grimpe donc dans un camion avec Lisa (l’allemande des cascades, pour ceux qui suivent), ainsi que Laura et Luis, un pittoresques couple argentino-colombien. Le véhicule traverse le parc national et nous dépose au bout d’une laborieuse piste à 4700m d’altitude. De là, un guide nous mène aux abords du glacier qui encercle le sommet quelques 400m plus haut. Le paysage est déroutant: désert de cailloux rouge et noir parsemé de petits névés et couronné d’un imposant glacier. Le sommet arrondi a l’air si prêt, et pourtant si loin…Il faut du matériel d’alpinisme et une bonne dose de courage pour parcourir les quelques 1000m de dénivelé restants…Ce sera pour une prochaine fois, nous préférons rebrousser chemin, après une (longue) séance photo. Il faut dire que « los tres volontarios » sont tout heureux de fanfaronner sur la glace, après trois semaines sans quitter (ou presque) l’auberge. Le sourire encore accroché aux lèvres, nous déjeunons tous les quatre à l’auberge, ce qui clôture mon séjour dans ces parages. Arturo, le volubile chauffeur, me dépose à Machachi, à une heure de route. Le temps d’échanger leçon d’espagnol contre leçon d’Italien. Je prends ensuite un bus à la volée jusque Latacunga, passage nécessaire pour la prochaine étape de mon voyage: la boucle de Quilotoa. Le trajet à pied de la gare routière au centre ville me ramène un instant à l’étrange réalité que nous traversons: la plupart des hôtels sont fermés, faute de touristes…Après avoir sonné en vain à la porte de trois établissements, je trouve ma chance avec le quatrième. Un charmant couple de septuagénaire m’accueille avec chaleur. Nous conversons dans un inaudible charabia en quatre langues, autour d’un café bouillu imbuvable mais si gentiment offert. Pleine d’un mélange de sage résignation sur la situation, mêlé d’un air de « j’en ai vue d’autres », la touchante patronne ne se défait pas d’un optimisme communicatif. Vivement demain !

Los Tres Volontarios
Arrivée au pied du glacier
Le rouge et le noir et le blanc
Vue sur la plaine, et les volcans environnants (à imaginer derrière les nuages)
La classe de neige

Grosses bises,

Julien

Un avis sur “Équateur – Étape 2: Cotopaxi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :