Guatemala – Étape 5: Biotopo Del Quetzal

Samedi matin, Ranchito del Quetzal. Aujourd’hui, Arlette fête son anniversaire. Perdus dans les confins de la forêt guatémaltèque, les festivités resteront sobres. Mais la jeune femme est plutôt contente de célébrer son B-day loin de la civilisation et en toute simplicité. Réveillés tôt par le chant des oiseaux, nous entamons la journée par une marche le long du petit sentier de la réserve, à la recherche des oiseaux. Avec ses fougères géantes et ses arbres couverts de mousse, la forêt est somptueuse. Un chant complexe et mélodieux traverse la canopée. Les notes me ramènent à la forêt de San Gerardo de Dota, au Costa Rica, lorsque l’ensorcelant black solitaire poussait la chansonnette, tapi dans les fourrés. Moins farouche, son cousin le state-coloured solitaire nous laisse admirer sa robe grise et sa fine silhouette.

Jungle
Douanier Rousseau
Manneken Pis

Plus loin, une volée de geais unicolores bleu nuit sème le trouble dans la jungle. Mais alors que je les observe à la jumelle, une petite masse familière, jaune et verte, fait son apparition. Le toucanet émeraude porte bien son nom : c’est un toucan miniature couleur de jade. Un joli cadeau d’anniversaire pour Arlette, qui découvre le spécimen. Je retrouve ainsi plusieurs espèces admirées à San Gerardo, dans un écosystème similaire, comme le petit Chlorospingus ou le blue-grey tanager. Notre safari aviaire s’étale agréablement, et il nous faut deux heures pour parcourir les deux kilomètres du sentier.

Jon Snow
Misses Butterfly

Au Ranchito, que nous voyons maintenant sous la lumière du jour, cinq autochtones s’affairent à la préparation du buffet pour les quelques shuttles qui y feront étape pour le déjeuner. Mais la souriante cuisinière trouve tout de même le temps de nous concocter un petit-déjeuner. Installés sur la terrasse, nous dégustons notre omelette au chorizo en contemplant un fabuleux colibri, massif et aux reflets violets, qui picore à la mangeoire.

Violet sabrewing sabrevant

À l’issue de la collation, je fais signe à notre hôte qu’il est temps pour la toute petite surprise concoctée ensemble la veille pour l’anniversaire d’Arlette. L’équipe au complet apporte un plateau contenant une jolie fleur rouge, deux mini tartelettes à la fraise, et une bougie parfumée. Le tout, et ce n’était pas prévu au programme, en chantonnant « Happy birthday to you ». Arlette semble contente de cette minuscule attention, et nous passons un joyeux moment.

Félix compleanos

À la mi-journée, nous nous rendons au Biotopo del Quetzal voisin, qui lui aussi possède quelques kilomètres de sentiers dans la forêt de nuages. Le soleil fait une entrée remarquée, faisant briller les bois d’un vert lumineux. Nous sommes heureux d’observer les superbes chestnut-headed oropendolas, leurs yeux bleus, leur bec blanc massif, et le jaune majestueux des plumes de leur queue.

Guatemala
Oropendola

Nous regagnons le Ranchito après une longue et jolie balade. Sur la terrasse, nous continuons à scruter les arbres, où les petite geais à cagoule bleue se disputent les fruits avec leurs plus imposants cousins. Nous faisons le point sur les découvertes du jour, avant d’organiser brièvement les prochaines échéances. Le repas du soir, soupe traditionnelle au poulet et Corona, fait un dîner d’anniversaire insolite, et nous achevons ainsi une journée nature, simple et heureuse.

Michou

Dimanche matin, Ranchito del Quetzal. Levés tôt, nous parcourons le sentier, dans le sens opposé cette fois. Mais le ciel est couvert, la pluie n’a pas cessée complètement, et les oiseaux se cachent. Une paire de toucanets nous attendent tout de même à notre retour, et les colibris enchantent notre petit-déjeuner.

Attention ! Un serpent !
Patrick Bouchitey

La veille, nous avons égaré une pièce protectrice de mes jumelles sur les chemins du Biotopo. Je décide d’aller jeter un coup d’œil avant que nous reprenions la route. Je marche tout de même près d’une heure, à scruter le moindre recoin de sentier. Sans succès. La pluie l’a sans doute emporté. De retour sur la terrasse, notre hôte me demande si tout va bien. Je lui réponds que tout va pour le mieux, mise à part cette petite contrariété d’avoir perdu un morceaux de mes jumelles. « Ah, mais nous l’avons ici ! » me dit-il tout sourire. Formidable ! Le petit homme est content de me voir heureux, et ne semble pas réaliser que je viens de courir une heure durant à sa recherche. Pas plus qu’il n’aurait pensé me dire ce matin qu’il avait la pièce à disposition. Mais la situation est seulement drôle, et je ne lui en tiens aucunement rigueur !

Que Quetzal ?

Notre équipement au complet, nous quittons notre cabane dans la jungle et hélons un bus pour Coban. Nous y arrivons à 12h, soit une heure avant la finale de l’Euro 2020. Juste le temps de réserver nos billets pour le bus de 16h pour Lanquin, et de nous rendre au centre commercial, lieu conseillé par le chauffeur pour regarder Italie – Angleterre. Le « food court » dispose de six écrans, mais pas un ne diffuse la bonne chaîne. Le personnel adorable du centre se met en quatre, et vingt minutes plus tard les six écrans diffusent l’avant-match.

Tient, revoilà le pollo ranchero

Les anglais ouvrent le score dès la troisième minute, avant de laisser le ballon à leur adversaire. Mais les italiens se montrent incapables d’échanger trois passes. Fort heureusement, ils entament la seconde période avec d’avantage de précision, et finissent par égaliser. On se dirige tout droit vers les prolongations. Ce qui n’arrange pas nos affaires puisque nous avons rendez-vous à la gare routière à 15h30…À 15h20, il y a toujours 1-1 à l’issue de la première prolongation. Tendus, nous courrons pour rejoindre notre bus. La partie est diffusée sur une chaîne publique, je demande donc au chauffeur où l’on peut trouver une télévision dans les parages. Nous la trouvons chez un barbier de l’autre côté de la rue. Par chance, le poste est déjà branché sur la 7, et les deux équipes sont encore à égalité, à cinq minutes de la fin du match. Le titre se jouera aux penalties…La tension est à son comble, dans le stade comme dans la minuscule échoppe du coiffeur de Coban. La séance de tirs au but est pour le moins décoiffante. Je tente de me contenir sur les deux premiers tirs, mais dès le suivant j’exulte à chaque but marqué des italiens, et à chaque parade de leur immense gardien. Puis Saka s’avance, et tire. Donnaruma s’élance sur sa gauche, et repousse la frappe du britannique. l’Italie est championne d’Europe ! Je saute de joie dans le petit salon, sous le regard amusé du coiffeur et des quelques clients. Dehors, un gosse se moque gentiment de moi en sautant et criant « Campeones ! Campeones ! ».

Et non…toujours pas !

Heureux pour mes amis italiens, et content d’avoir passé un chouette moment, je prends place aux côtés d’Arlette dans le bus pour Lanquin, bourgade perdue dans les collines du centre du Guatemala. Là, un pick-up a été dépêché par l’hostel Utopia, et nous grimpons à l’arrière pour admirer le paysage. Isolé au bout d’une route sacrément accidentée, en surplomb de la rivière Cahabon, nous trouvons notre auberge. Posée entre la forêt tropicale et une plantation de cacaotiers, l’hostel, rustique, possède un cadre extraordinaire. La grande terrasse est superbe, avec ses tables en bois massif et sa vue imprenable. Notre chambre est spartiate, mais peu importe. L’ensemble a un côté hippie, mais la patronne Pia, poigne de fer et humour acerbe, a la tête bien sur les épaules. Elle sonne la cloche du dîner, et nous soupons d’un medley de pâtes et légumes, plat végétarien, évidement. L’animation retombe dès la fin du repas, et nous nous couchons avec les poules, quoiqu’il n’y ait fort heureusement pas de coq dans ces parages…

Je vous embrasse !

Julien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :